*** C'est la rentrée, les dossiers d'inscriptions sont disponibles sur le site... ***

30/07/2017

Iroman de Nice 2017

posté à 10h55

3 jours ont passé ...L’excitation est toujours là .... Flashback ...

Arrivée sur Nice, retrait des dossards, préparation des sacs de transition dans le parking souterrain de l’hotel, dépôts des sacs et des vélo, le tout à faire avant 15 h.

Nous arrivons un peu en avance au parc à vélo qui est du coup fermé et nous en profitons par faire connaissance avec un corse très sympa qui en est à son 61 eme Ironman ! C'est simple, il a fait tous les triathlons de Nice depuis 1984 et souvent doublé avec Embrun. Tout le staff de l'orga le connait, bref il est chez lui !

Pour nous, c'est notre premier et nous sommes loin d'avoir la décontraction de Gilles ... un peu de stress d'avoir oublié quelque chose. Allez, c’est bon , on ne va pas revérifier.
Ca y est, sacs et vélos déposés.

Retour à l'hotel pour ma part avec l'étape marseillaise du Tour et fin d’après midi familiale pour Lugo.

Repas puis dodo assez tôt... Réveil 04h00. p'tit dej puis direction la prom.

Il fait encore bien nuit mais déjà chaud. On croise des triathlètes mais aussi des sorties de boites puis ou moins avinées. La pression monte.

Parc à vélo : on s’installe, derniers réglages galère de pompe, emprunt au concurrent d'à coté ... vélo OK.

Nous nous posons la question de la combi car l’eau est assez chaude. Visiblement tout le monde se prepare avec.
Je pose la question à une bénévole. Elle me répond qu'il y a des méduses et que la combi sera autorisée ! dubitatif sur les méduses (pas vu une seule au final ...)

Bon bref, nous mettons la combi, posons le sac de streetwear puis direction la mer. Quelques échauffements dans une mer chaude puis le SAS de départ en rolling start.

Nous nous mettons dans le même sas 1h14.

Un hommage aux victimes de 2016 est rendu ... les étrangers fredonnent une marseillaise, les Français chantent ou récitent les paroles ... moment fort.

Puis ca part, les pros, les pros féminins et les sas, c’est à dire nous.

C'est notre tour, on se jette à l'eau. Profondeur immédiate à un mètre de la plage et du coup avec le rolling start, je peux poser ma nage dès les premiers mètres, agréable, pas de bousculade.

L'aller de la première boucle se passe bien, je ne connais pas l'allure, mais je nage bien, avec de bonnes sensations et je n'ai pas l'impression de forcer. Je suis heureux d'être là. Je pense à des trucs idiots ... grand chien, petit chien. Bref les educ qu’on a fait cette année et j’essaye de me concentrer sur la technique, de ne pas me disperser ...

Bifurcation à droite, et la je me prends un coup sur la tête. Visiblement j'ai du frotter un gars lors du passage de la bouée et il n'a pas apprécié. Pas grave, je ne m’énerve pas, ca me boufferait de l’énergie et j'essaye de rester concentrer sur ma nage.

Nouvelle bifurcation à droite et j'entame le retour de la première boucle... plus compliquée, le soleil s'est levé et nous ébloui. Malgré les lunettes fumées, je ne vois pas grand chose pour l'orientation... je sors la tête, enlève les lunettes, plisse les yeux.

Bonne dérive sur la gauche ... coup d'oeil au chrono : 37' au 2K ... suis dans mon rythme cible ... tout va bien, allez je recale la trajectoire en reprenant le rythme, j'arrive près de la plage, à droite, puis départ de la deuxième boucle, je sais qu'elle est plus courte.

j'enchaine et rebelote sur le soleil sur le retour, recalage de trajectoire, toujours un bon rythme, pas de fatigue, j'entends la sono, puis d'un coup, je vois le sol .. qui remonte d'un coup .. sorti de l'eau !

j’enlève les lunettes, vite le bouton de la montre, 1h17 ... dans le timing, la douche, tiens Lugo est la, nous sommes quasiment sorti en même temps .. puis direction T1, changement en cycliste, sortie du parc et je saute sur mon vélo ...Dans tes rêves .. En fait, je vais jusqu’à la sortie du parc mes chaussures à la main,
je mets mes chaussures puis je monte sur mon vélo et je pars ...c'est moins fun mais plus rassurant.

Départ vélo , tout va bien et je suis les indications de course .. pas de prolongateurs sur les 800 premiers mètres et faire attention au rond point de l’aéroport.

On attaque le faux plat montant de la baronne avec le vent de face ... pas de soucis, je tourne bien les jambes ... ca déroule ... 1er ravito et 1er bidon ... rempli à moitié, tiens donc !

Puis arrive le virage sur la gauche synonyme de la premiere difficulté et du début du D+ : la condamine.

Pas mal de concurrents littéralement scotchés dans la pente (15% sur 400m) .. j'en reprends pas mal mais je sens que je ne suis pas en jambes ... ca passe moins bien qu'à la reco ...

J’arrive en haut et j'enchaine en reprenant un rythme et un souffle mais je sais que je vais devoir faire attention et gérer, je n'ai pas l'air d'avoir les jambes aujourd'hui.

Puis nous traversons de beaux villages, Saint jeannet, Vence ... on attaque la montée vers gourdon .. superbes gorges du loup,

Tiens Lugo .. eh vitrolles ! on va d'ailleurs souvent se dépasser l'un, l'autre au vu de nos arrêts respectifs sur ce beau parcours.

Goudon , très beau village et deuxième ravito, deuxième bidon à moitié rempli.
Si ca continue, ca va coincer car il fait chaud, très chaud !

Je décide de m'arrêter à tous les ravitos pour remplir correctement les bidons.

Nous attaquons alors la dernière partie de la montée au col de l'ecre.. pas très en forme mais je gère, souple et hop, ca passe et me voila au sommet, je zappe le ravito perso et attaque le plateau de Caussol

Pas de chance, le vent est assez fort, par rafale et tantôt de face tantôt latéral et en plus, depuis notre reco, la route est pleine de gravillons sur 6 kms .. mefi !

je déroule et j'attaque la première descente ... marrant, alors que je d'habitude plus à l'aise en montée, la c'est l'inverse ...

je reste quand même prudent car j'ai à l'esprit la mésaventure de Guillaume, puis de nouveau les montées, saint pons et dernier coup de cul à Coursegoule entrecoupé par l'A/R de la route du col de vence .

Et ca y est, c'est la descente et la fin des difficultés ... je sais que je viens de boucler la partie vélo.

La fin du vélo se déroule assez facilement avec une engueulade avec un estranger qui s'est mis dans ma roue tout le long du retour vers saint Laurent .. mais, tu vas me lâcher, oui ! drafteur !

je pose le vélo en 06h55, en limite de mes prévisions pour le vélo,  content d'avoir limité la casse entre les arrêts ravitos et ma méforme dans les montées.

je me change rapidement, prends ma gourde, ne prends pas de gels car le ravito est dans 1 kms et c'est parti ..

je commence plutôt bien et j'ai l'air d'avoir des jambes correctes, le vélo ne m'a pas mis dans le rouge ... 1er ravito .. tiens pas de gel ... bon je ralentis un peu l'allure pour rester sur mon plan car je sais qu'il ne faut pas s'enflammer sinon explosion à plus ou moins long terme.

Deuxième ravito, toujours pas de gels ... merde, pourtant dans la brochure, ils disaient gels !

Ouch .. je sens que ca va coincer ...je fais encore un kilomètre et arrive au 1/2 tour de l’aéroport ... baisse d'énergie, tête qui tourne, je m'arrête .. je marche et j'analyse rapidement .. Hypoglycémie .. je n'ai pas pris de sucre depuis 3/4 d'heure, depuis l’arrivée sur Saint-Laurent, ca coince !

Je rejoins le ravitaillement suivant et la, il faut se rendre à l'évidence : pas de gels sur tous les ravitos ...

Il fait chaud, je dois encore courir 35 kms sans gels sachant que la boisson d'effort ne passe pas, pas plus que les barres NRJ ... et dire que je me faisais du soucis pour l’hydratation et que j’avais meme pris une gourde (ravitos largement suffisant) alors que le problème va être la nutrition normalement fourni par l’orga, brochure à l’appui avec description complète des produits et parfums !

Je décide de prendre alors un verre d'eau, de croquer dans deux quartiers d'orange et de finir par un verre de coca ... ca fait du bien je reprends ma course ... oups, problème gastrique , des reflux ...

Je remarche .. digère pendant 2/3 minutes puis recours ... ca passe.

J'ai désormais mon protocole que j'appliquerai à tous les ravitos ... course, ravito, marche digestive puis reprise.
Je sais aussi que je laisse tomber le chrono et mes objectifs et que je rentre en mode finisher.

Tiens, je croise Lugo qui n’a pas l’air bien frais non plus. On discute, ma stratégie lui plait bien.

Désormais, nous n’arrêterons pas de nous rattraper / dépasser suivant les temps de courses et de marche plus ou moins prononcé de chacun ...

Mais nous savons que nous allons finir.

C’est pas le cas de tout le monde, beaucoup d’abandons (près de 500 je crois, 1600 finisher / 2070 inscrits), il fait très chaud mais nous encaissons.

L’après midi se finit.
Ca y est j’aperçois ma femme et les enfants .
Ils encouragent, les enfants sont rassurés car ils se faisaient du soucis au vu du ballet d’ambulance sur la prom’.

Le dernier tour arrive. On va passer la ligne ensemble.

Puis la ligne d’arrivée se précise, on accélère, la foule nous porte ... Beep ,13h49 et des poussières. ca y est ...nous sommes des Ironman...

 


Autre news:
29/10/2017 : Trail de Belfort
16/10/2017 : Triathlon L de Bandol : le CR d'alain !
16/10/2017 : Triathlon de Bandol. L. Oct.2017
07/10/2017 : Tarifs tenues clubs saison 2018
02/10/2017 : Trail Gapen'cîmes
14/09/2017 :
12/09/2017 : Evergreen 58... la suite !
12/09/2017 : Evergreen58 Félicitation à Agnes , Olivier et Benoit
05/09/2017 : Duathlon Istres
31/08/2017 : 4e étape du GP D1 FFTRI : Quiberon


» Consulter les archives

RSS