*** C'est la rentrée, les dossiers d'inscriptions sont disponibles sur le site... ***

12/06/2014

Salagou, version 3 !

posté à 19h56

C'est cool d'avoir le point de vue de divers athlètes. Ca permet de vraiment se faire une idée de la course ! Voici Stéphane Petit qui nous conte son histoire :

"

Quelques lignes pour relater cette éprouvante journée du 08 juin au lac du Salagou, lieu de rencontre éphémère des tri-sportifs venus prendre des coups de soleil et inhaler des kilos de poussière de bauxite ocre sur la distance « half-IronMan ».

Etant arrivé directement le dimanche, je n’ai pas suivi les épreuves de la veille pour lesquelles notre club alignait de multiples participants. J’espère qu’un volontaire viendra compléter mon récit.

Après avoir fait un peu de 4x4 sur les parkings réservés aux triathlètes, je retire mon dossard vers 8H30 et profite d’un départ bien tardif, à 11H00, pour déambuler dans le village et décortiquer les résultats du CD de la veille. L’astre solaire réchauffe le parc à vélo et, même sous la casquette, les effets des rayons sont perceptibles. « Va falloir la jouer cool » aujourd’hui, Nice n’est finalement plus très loin, c’est une journée de répétition grandeur nature.

9H45, installation dans le parc au milieu de la cohorte de vitrollais réunis dans la même zone. L’ambiance se veut à la rigolade mais la tension est palpable.

Mon vélo est équipé « comme pour Nice », un peu de surpoids mais il faut tester la configuration en course au moins une fois. Je répartis mes petites affaires autour de mon BMC favori qui se balance doucement, suspendu par la selle. puis pars poser le sac à la consigne en me piquant la plante des pieds sur les herbes et les cailloux.

Le thermostat interne s’élève dès la combinaison ajustée, direction la vase odorante du bord du lac pour piquer une tête dans l’eau à 19°C. Les premiers mouvements de bras se font dans les algues, omniprésentes sur les bords, qui s’enroulent autour des jambes et des bras. C’est le « radeau de la méduse ».

Briefing de l’organisation quelques minutes avant le départ…on n’entend rien, a priori le parcours natation a changé : une seule grande boucle plutôt que deux petites. Le dernier mot du commentateur est à peine sorti des haut-parleurs que le départ est donné, dans une certaine confusion. Certains sont dans l’eau, d’autres sur la « plage »…évidemment je suis entre les deux…

La natation débute sans stress. Comme d’habitude, allure pépère sur la première partie pour finir sur un bon rythme : tout sera dans la gestion du bonhomme car les conditions extérieures vont martyriser les organismes. Les pieds reprennent contact avec la vase gluante alors que j’étais sur mon rythme de croisière, dommage, il faisait bien frais dans l’eau.

T1 : les chaussures de vélo sont enfilées malgré les petits cailloux rouges qui collent aux pieds. Je vois Mathieu qui passe à côté de moi son vélo à la main. Petit footing tout en mâchouillant une barre de céréales et c’est parti pour les deux tours de 44km. Il n’est pas encore midi mais le soleil abuse du ciel bleu dépourvu de nuage pour faire sécher nos tri-fonctions.

Le parcours vélo est vallonné avec une belle bosse de 5km au niveau du kilomètre 15. Ascension sans souci puis descente pour rejoindre un décors d’un autre monde avec un bitume noir au milieu de roches rouges. Le ventilateur souffle de l’air bien chaud de face. Je rattrape Mathieu, puis me fait doubler par Noël un peu avant de compléter la première boucle. Un sursaut d’orgueil m’oblige à augmenter la cadence pour maintenir Noël en visuel, quelques 200m plus loin.

La deuxième boucle s’amorce alors que le thermostat grimpe encore d’un niveau et qu’Eole nous souffle toujours dans les oreilles. Nouvelle montée de 5km où je reprends Noël qui gère son effort au palpitomètre puis la descente et le retour…vent bien de face ! Le macadam rayonne tellement que la plante des pieds brûle dans les chaussures. Ces dix derniers km tiennent lieu du vrai calvaire : plus d’eau, pieds en feu, vent de face, soleil implacable. Je réduis un chouia l’allure en surveillant les battements de la pompe car la journée est loin d’être acquise. La dernière descente vers le parc à vélo est une délivrance.

T2 : je garde mes chaussures de vélo jusqu’à mon emplacement pour éviter les épines parsemant le sol. Le postérieur directement dans la poussière rouge, je passe les chaussettes puis les chaussures de running. Deux grands verres d’eau et c’est l’amorce des 20km.

Premier tour d’observation : que le premier ravitaillement est loin !! Et que ça monte ! Gégé est présent sur la fin du tour pour quelques encouragements « lâche rien mon poulet » ! J’ai la vague image d’une volaille en train de tourner sur une broche dans le four…

Deuxième boucle en confiance, le parcours est connu et se déroule dans la tête : des sentiers, une montée, une descente et son ravito, puis un grand tour avant de revenir au même ravitaillement et un dernier effort pour arriver. Ça devrait le faire, les paramètres sont limites dans le rouge mais il reste un peu de marge.

Je passe Benedikt qui se plaint de crampes, Vincent qui s’hydrate comme il peut dans cette fournaise. De nombreux participants marchent, leur verre d’eau à la main…

La dernière montée se fait à vive allure, le cardio proteste avec véhémence en vibrant à mon poignet. Tant pis pour les limites, il y a un Istriotes dans mon collimateur et je le remonte tout doucement depuis un moment. J’allonge la foulée sur le dernier km quand il m’aperçoit au détour d’un virage et accélère. La bataille se règle au sprint sur 100m où nous donnons tout. « Ne lâche rien » dirait Gégé, et le poulet gagne une place !

Ouf, fini. De l’eau, de l’eau, de l’eau…et surtout de l’ombre pour fuir le feu du ciel. Une pensée sincère pour mes camarades de club qui cuisent à petit feu sur le parcours CaP alors que je me jette sous la douche bien froide pour faire tomber la température. Certains n’arriveront pas avant encore deux heures, mais ils seront finishers d’un triathlon éprouvant et c’est bien ça qui compte !

Stéphane

Triathlète rôti à point "

 

 


Autre news:
29/10/2017 : Trail de Belfort
16/10/2017 : Triathlon L de Bandol : le CR d'alain !
16/10/2017 : Triathlon de Bandol. L. Oct.2017
07/10/2017 : Tarifs tenues clubs saison 2018
02/10/2017 : Trail Gapen'cîmes
14/09/2017 :
12/09/2017 : Evergreen 58... la suite !
12/09/2017 : Evergreen58 Félicitation à Agnes , Olivier et Benoit
05/09/2017 : Duathlon Istres
31/08/2017 : 4e étape du GP D1 FFTRI : Quiberon


» Consulter les archives

RSS