*** C'est la rentrée, les dossiers d'inscriptions sont disponibles sur le site... ***

22/04/2014

Plus que 2 mois...

posté à 20h05

Et oui, dans deux mois, c'est le grand jour pour l'équipe longue distance qui s'élancera sur l'Ironman de Nice. En attendant au programme un week-end "ironman" était prévu sur le site. Le récit de Pierre R.:

"

IM NICE : Sale temps sur la reco

En tant qu’élèves studieux, nous suivons la superbe trame d’entrainement élaborée par coach Hervé. Ce week-end Pascal était donc en parti consacré à la reco du parcours de Nice qui a pour double objectif de reconnaître le parcours vélo et de cumuler les distances de l’épreuve sur 3 jours.

Tout débute donc à la piscine de Berre Vendredi en fin d’après midi pour une séance de natation de 3,8 kms, concoctée et dirigée par Philippe, merci à lui. Nous enchainons sur 10 kms de footing. Je perds mon compère d’entrainement, Guillaume N, sur blessure. Une pensée pour lui en espérant que ce ne sera pas trop long.

Le « gros » du programme se dessine le Samedi matin avec une arrivée sur la promenade vers 9H….sous la pluie et une température de 13°C. Pour ma part, je n’avais pas  envisagé, à tort, une telle éventualité. Au vu des tenues vestimentaires de chacun, je ne suis pas le seul. Nous partons donc du parking de l’hôtel mouillés mais sans inquiétudes particulières. Il faut dire qu’avec Eric, dit « le chanceux », nous ne risquons pas grand chose. Le premier tiers se déroule tranquilou avec la « banane ». Pour ceux qui n’auront pas l’occasion de reconnaître le parcours attention au « coup de cul » vers le 20eme.

Première petite halte pipi avant d’attaquer la difficulté majeure du parcours, le col de l’Ecre, le tout sous la pluie et une température extérieure de 6° C . L’ascension se fait bien, chacun montant à son rythme. Le groupe se reforme au sommet pour la photo souvenir. Le paysage a changé, on est à la montagne mais on a aussi changé de saison : c’est l’hiver ! On commence à se geler. L’aventure vire au cauchemar dans la descente. Brouillard, pluie glaciale, neige sur les hauteurs, vent et température proche du zéro vont attaquer sérieusement nes organismes. Guigui m’avait prêté des mitaines au départ mais je ne sens plus mes doigts. J’enlève mes manchettes pour m’en servir, tant bien que mal , de gants mais tout est trempé. Je me demande comment je vais pouvoir continuer. Pour tenir je pense à Denis qui lui n’a pas de gants. Arrivé à un croisement, je vois mes compagnons de galère dans un vieil abri en ruine au bord de la route. Je les rejoins. Tout le monde est en hypothermie. A partir de maintenant, la reco n’a plus d’importance, on se demande comment on va rentrer, sachant que le premier village est à une dizaine de kms. Chacun y va de son idée : appeler un taxi, faire du stop ( sachant que nous sommes 7 trempés, tremblotants au milieu de nulle part), se serrer les uns contre les autres pour se tenir chaud, se mettre des feuilles dans les habits, je crois même que j’ai entendu d’y aller en courant…avec les chaussures de vélo……je crois qu’on manquait de lucidité mais on a des circonstances atténuantes. Au bout d’une bonne demi-heure nous décidons de couper au plus court pour rejoindre St VALLIER, village le plus proche. La descente est interminable. Le premier bar à l’entrée du Village voit débarquer 7 frigos trempés. La gérante hallucine. Je crois qu’on a soigné l’image des Marseillais à l’export. En gros, qu’est ce que vous foutez sur des vélos ? Ça fait 10 jours que la météo annonce un temps pourri ! Vous êtes à la montagne ici pas à Marseille ! Ouais mais nous on a Charles comme météorologue. Il avait dit beau temps et nous on l’a cru. Merci à lui pour le chocolat chaud. Une petite heure plus tard, un peu décongelés, nous décidons de reprendre la route. La chance nous sourit. Le soleil s’invite sur la fin improvisée du parcours. Le moral revient et le physique avec. Nous revenons sur la promenade avec 140 kms au compteur et on enchaine 10 Kms à pied sur la célèbre avenue Niçoise : inespéré quelques heures plus tôt. Aujourd’hui je pense que nous avons travaillé le physique et le mental. Il est temps de prendre une douche et d’exploser le buffet du Campanille. Eric est black listé là-bas maintenant….un ventre monté sur patte.

Une bonne nuit de repos et un p’tit dej pantagruélique nous permettent d’enchaîner le Dimanche 50 kms de vélo dans le prolongateur, à la rechercher du pont perdu……comprenne qui pourra et 20kms à pied. Les sensations sont bonnes.

Il nous reste à manger une bonne pizza et rentrer à la maison.

On a fait le Job coach !

Ps : Le 29 juin quand j’arriverais à ce stop et que je verrai notre abri, parce maintenant c’est le notre, ça me boostera quel que soit mon état du moment.

Pierre

"

 

 


Autre news:
29/10/2017 : Trail de Belfort
16/10/2017 : Triathlon L de Bandol : le CR d'alain !
16/10/2017 : Triathlon de Bandol. L. Oct.2017
07/10/2017 : Tarifs tenues clubs saison 2018
02/10/2017 : Trail Gapen'cîmes
14/09/2017 :
12/09/2017 : Evergreen 58... la suite !
12/09/2017 : Evergreen58 Félicitation à Agnes , Olivier et Benoit
05/09/2017 : Duathlon Istres
31/08/2017 : 4e étape du GP D1 FFTRI : Quiberon


» Consulter les archives

RSS