*** C'est la rentrée, les dossiers d'inscriptions sont disponibles sur le site... ***

07/07/2013

C'est parti pour Embrun...

posté à 20h59

Après de nombreuses annulations pour cause de météo, ces dernières semaines, des petis groupes de vitrollais se sont formés pour enfin faire en fonction de leurs disponibilités, un "petit" tour vers Embrun et repérer le fameux parcours de l'Embrunman. Il y a eu Stéphane M, Stéphane P, Laurent D, Jean-François B, Gilles P, François L, Jean A, Laurent M, Benoit R, Olivier B. D'autres vont suivre prochainement...

Une petite mise en bouche racontée par Stéphane P. :

" Rendez-vous est pris avec Laurent (D) en fin de semaine dernière pour parcourir les « presque 190km » de l’épreuve vélo de l’Embrunman : tout un défi pour le cycliste amateur que je suis d’arriver à franchir le cap physique et psychologique d’une telle sortie. Ce sera d’ailleurs ma première sortie vélo avec un « vrai » col des Alpes. Effectivement le col de l’Izoard nous attend aujourd’hui précédé puis suivi de quelques bosses chacune aussi hautes que mes Alpilles préférées. 

Après le religieux moment du petit déjeuner afin de compléter les réserves énergétiques qui vont être mises à mal au cours des huit prochaines heures, nous poursuivons la préparation du ravitaillement en remplissant au maximum les poches des maillots de vélo avec barres de céréales, sandwichs et fruits secs. Sans compter 1,5l d’eau chacun car le soleil est présent et, même tôt le matin dans les Alpes, la température fleurte déjà avec les 15°C. Qu’il est lourd l’ensemble cycliste + vélo au moment du départ ! 

Nous rejoignons le départ du plan d’eau en partant de Baratier et nous attaquons la première montée vers Saint Apollinaire, sur les traces du futur contre-la-montre du Tour de France, le 17 juillet prochain. Le début du parcours est commun à l’épreuve CD : il monte dès le début et quasiment sans interruption jusqu’à Saint Apollinaire. Au 25ièm km, la descente vers Savine débute et se conclut avec le passage sur le pont du lac et un long retour vers Embrun sur la nationale, bien à plat sur le prolongateur pour avaler les successions de petites montées/petites descentes jusqu’au 45ièm km.

 La première boucle avec retour vers Embrun s’achève, les participants du CD rentrent vers le parc à vélo alors que les ayatollahs du Longue Distance entament un virage vers Baratier pour prendre la direction de Guillestre par une petite route de campagne agréable qui suit la Durance sur les hauteurs…donc ça monte ! Pause rapide pour le ravitaillement en eau et photo souvenir avant de revenir sur la nationale qui mène à Mont Dauphin au milieu des 18 tonnes qui nous frôlent. Pas agréable.

Heureusement le rond-point vers Guillestre apparaît rapidement devant nous et on abandonne le flot des camions pour attaquer notre progression vers l’Izoard. On vient juste de tourner quand mon appareil photo se détache de ma poche et rebondit sur le bitume. La voiture derrière l’évite alors que j’entame un virage rapide dans la pure tradition du VTTiste pour sauver mon compagnon de voyage…trop tard, une camionnette transforme mon compact en tablette extra plate nouvelle génération. Tablette qui terminera dans la poubelle suivante…snif, snif, vous n’aurez qu’une vilaine photo du col de l’Izoard prise avec mon i-Phone de première génération.

 Délesté du poids de l’appareil photo, j’entame la montée vers Guillestre dans la roue de Laurent. La route monte tranquillement dans des paysages superbes avec quelques traversées de tunnels au cours desquelles il faut impérativement être attentif à l’état de la route qu’on distingue très mal (qui a éteint la lumière ?). Nous suivons la Durance encore un bon moment sur un faux-plat montant que l’on avale en position aérodynamique jusqu’au pied du village d’Arvieux. En deux lacets au 70ièm km, le ton de ce qui nous attend est donné…malgré 500m de répit légèrement descendants, l’ascension est lancée avec en ligne de mire les nombreux vélos qui progressent en file indienne vers leur karma ! Chaque dépassement d’un cyclo-alpino-touristo-amateur gonfle l’égo et le moral pour aller chercher le suivant.

Les villages d’Arvieux, de la Chalp et de Brunissard se succèdent pour laisser la place à une route qui serpente en forêt. Laurent et moi décidons de monter chacun à notre rythme et on se sépare peu à peu, rendez-vous est donné au sommet !

Les kilomètres vers le col diminuent peu à peu au fur et à mesure de l’effort. Fort de ma récente expérience sur une longue distance en vélo, je me fixe de manger un tout petit peu à chaque borne indicatrice de la distance restante. Evidemment je m’étouffe dès qu’il faut déglutir…mais entre l’hypoxie passagère et l’hypoglycémie foudroyante, j’ai fait mon choix.

Deux km avant le col, la route redescend provisoirement sur 500m environ avant de s’incliner à nouveau pour un dernier baroud d’honneur : le voilà enfin cet endroit mythique ! Pas de neige, environ 15°C et un peu de vent frais. Ce n’est pas la course, on prend donc le temps de mordre dans un sandwich et d’immortaliser l’instant pour la postérité : le 15 août ce sera une autre histoire.

 Voilà 100km d’effectués, un peu plus de la moitié…Fort heureusement les kilomètres suivants sont en descente, la route est en bon état et sèche, je peine à suivre Laurent qui maîtrise les trajectoires alors que derrière, je me félicite à chaque virage d’être resté en contact avec le macadam. On passe en trombe devant le village de Cervières, direction Briançon où nous refaisons le plein des bidons et prenons le chemin du, très long, retour vers Embrun.

 Une petite montée, qui fait mal aux jambes après la longue descente depuis l’Izoard, nous transporte vers le village de l’Argentière et nous voilà prêts à affronter l’interminable ligne droite à 11-12% de Pallon. Une fois en haut, nous plongeons vers la piste de l’aérodrome de Mont Dauphin où nous sommes accueillis par un fort vent de face qui entame plus le moral que les quadriceps. On rejoint alors la route prise à l’aller en surplombant à nouveau la Durance…mais dans l’autre sens et avec ce vent thermique agaçant au possible puisqu’il nous accompagnera jusqu’au km 175 où nous arrivons au pied de la Mecque (euh, je veux dire Embrun).

La dernière barre de céréale est ingurgitée vite fait car nous savons que la côte de Chalvet se dresse sur notre parcours. Qu’est-ce que j’en ai entendu parler de cette côte ! La motivation est toujours présente, je n’ai pas l’intention de faiblir à une dizaine de km de l’arrivée. Au bout de trois lacets, je pense être en haut, mais il n’en est rien, ça monte de façon interminable ! La route devient très mauvaise, par endroit il n’y a même plus de goudron…les organisateurs ont-ils pour objectif de nous faire changer les pneus si proches du but ? Je m’enferme dans ma bulle protectrice et observe les indications du cardio : les paramètres moteurs sont dans le vert, ça va le faire !

Je me retourne dans les lacets et me rends compte que Laurent a disparu. A regret, je fais demi-tour et redescends voir s’il y a un problème. Laurent a pris un « coup de chaud » et décide de se mettre quelques minutes à l’ombre pour refroidir le moteur. De mon côté je préfère repartir tout de suite pour ne pas briser l’élan avec la crainte qu’un arrêt soit synonyme chez moi d’une impossibilité à continuer. On se donne donc rendez-vous en haut où finalement Laurent n’arrive que deux/trois minutes après moi, avec le sourire d’avoir vaincu Chalvet !!

Enfin, la dernière portion se fait en roue libre jusqu’au plan d’eau pour finaliser notre effort : nous sommes bien heureux d’avoir parcouru ces 190km/3700D+ en 8H00 !! Le retour (et la montée !!) vers l’hôtel se fait tout doucement. Une bonne douche nous attend avant de reprendre le volant vers la maison.

 En conclusions :

  • un superbe parcours vélo digne des épreuves de montagne du Tour de France
  • des routes plutôt en bon état, à l’exception de la côte de Chalvet qui est vraiment pourrie, il n’y a pas d’autre mot
  • un beau défi sur le vélo mais pour lequel il ne faut pas tout donner pour être capable d’enchaîner la suite raisonnablement

·         les Alpes, c’est magnifique !! 

A bientôt 

Stéphane

"

 


Autre news:
29/10/2017 : Trail de Belfort
16/10/2017 : Triathlon L de Bandol : le CR d'alain !
16/10/2017 : Triathlon de Bandol. L. Oct.2017
07/10/2017 : Tarifs tenues clubs saison 2018
02/10/2017 : Trail Gapen'cîmes
14/09/2017 :
12/09/2017 : Evergreen 58... la suite !
12/09/2017 : Evergreen58 Félicitation à Agnes , Olivier et Benoit
05/09/2017 : Duathlon Istres
31/08/2017 : 4e étape du GP D1 FFTRI : Quiberon


» Consulter les archives

RSS